L'AÏKIDO: Un art martial adapté au monde moderne

AIKIDO, LA FORCE DE L’HARMONIE

L’avènement de l’ère MEIJI au Japon en 1868 entraîna l’ouverture du pays vers l’Occident

et provoqua un bouleversement profond des valeurs. Du creuset traditionnel naquirent des arts martiaux tournés vers la modernité :

A mains nues : Judo, Karaté, et plus récemment Aïkido.
Avec des armes : Iaïdo, Kendo (sabre), Kyudo (arc), Jodo (bâton)…

CREE A LA FIN DES ANNEES 40, UN ART MARTIAL ADAPTE AU MONDE MODERNE

Le fondateur de l’Aïkido, Moriheï UESHIBA (1883 – 1969), fut inspiré par les meilleurs maîtres d’arts martiaux du Japon de l’époque (écoles de Ju-Jitsu, d’escrime traditionnelle). L’arrière-plan philosophique ou religieux (traditions Shinto – Zen – Taoïste) joua un rôle très important dans l’élaboration de cet art.

A côté du retour aux sources à l’esprit traditionnel du samouraï, il réussit à ouvrir sa pratique à des notions plus modernes telles que la recherche de la paix, de la fraternité ou de l’harmonie et développa à partir de 1948 l’enseignement d’une discipline neuve et originale, qui commença dès 1950 à rayonner dans le monde entier, notamment en France.

DES TECHNIQUES EFFICACES effectuées sans heurt qui visent à contrôler l’adversaire en canalisant sa force:

  • Techniques à mains nues avec un ou plusieurs adversaires, armé(s) ou non
  • Techniques au sabre, au bâton
  • Techniques de concentration, de respiration

Toutes les techniques visent au contrôle de l’adversaire et l’amènent à la chute et/ou à l’immobilisation.Il s’agit de canaliser le mouvement, la vitesse et la force de l’adversaire et de les utiliser sans entrer en opposition avec eux.

L’AÏKIDO ET LES AUTRES ARTS MARTIAUX

Si comme au Judo, le pratiquant d’Aïkido utilise des techniques de projection et d’immobilisation pour déséquilibrer et maîtriser son adversaire, il peut également accompagner ses mouvements d’une série d’atemis, c’est à dire de coups de poing et de pied portés, comme au karaté, en des endroits vitaux du corps. Mais contrairement au Judo et au Karaté qui constituent des disciplines sportives, soumises à des règles très strictes, l’AIKIDO est un art martial dont la pratique exclut toute idée de compétition.

Technique de défense idéale, l’AIKIDO impose de détruire l’agressivité de son adversaire en lui démontrant l’inutilité de son attaque. Discipline physique et morale complète, l’AIKIDO permet d’acquérir une parfaite maîtrise de soi tout en assurant un développement harmonieux du corps.

L’AIKIDO, UNE DISCIPLINE ACCESSIBLE A TOUS

“Plutôt convaincre que vaincre – sans humilier et en respectant l’intégrité physique de l’un et de l’autre.”

La recherche de l’aïkidoka est celle de l’équilibre optimum de l’individu par rapport à lui-même, et par rapport à son environnement. Chacun peut se conformer à ses possibilités physiques, le but étant précisément de mieux les connaître. Une telle pratique est donc accessible à tous, homme ou femme, de l’âge tendre à l’âge mûr.

L’AÏKIDO et les JEUNES


L’aïkido est une discipline martiale de plus en plus pratiquée par les jeunes.
Des clubs Enfants / Adolescents naissent dans chaque département et voient leur population augmenter chaque année.
“Nous voulons tout simplement participer à l’éducation des jeunes par un moyen : l’Aïkido.
C’est une discipline qui nous permet d’aborder certains problèmes éducatifs généraux.
Avec l’Aïkido nous désirons que l’enfant ou l’adolescent apprenne à agir, créer, montrer, aider, évoluer, organiser et ainsi s’ouvrir à sa propre sensibilité”.
Des stages régionaux, nationaux et internationaux leur sont proposés. L’encadrement est composé de professeurs, d’éducateurs et de médecins.
Une Commission Jeunes continue ses travaux au sein de l’école des cadres : son but est de former des enseignants pour l’Aïkido Enfants/ Adolescents et de promouvoir toutes les activités intéressant les Jeunes et l’Aïkido.

L’AÏKIDO et les FEMMES


Il n’y a pas d’aïkido féminin, simplement l’aïkido, discipline martiale, véhiculant des valeurs reconnues, dans notre société, comme féminines : harmonie, non agressivité, ouverture d’esprit, respect de la vie.
Les femmes s’intègrent donc très bien parce que d’entrée, elles se reconnaissent dans ces valeurs.
De plus, la pratique de l’aïkido nécessite d’utiliser avant tout la souplesse, l’énergie, la capacité à évaluer rapidement des situations, plutôt que la simple force physique.
Doublement avantagées, les femmes peuvent donc progresser au sein de cette discipline qu’elles pratiqueront efficacement, avec leur propre sensibilité, et toujours avec plaisir.

LES VETERANS


Lorsque quelques années de pratique, ainsi que la santé et la passion qui en résultent, s’associent à l’harmonie familiale, la condition d’aïkidoka vétéran s’installe au cœur de l’individu.
Le groupe des vétérans est un exemple pour tous ; en effet il est rassurant de partager une même pratique avec ses aînés.
L’âge, mais surtout les années de pratique induisent tranquillité, disponibilité et modestie. Ces valeurs humaines concourent à la transmission du message de paix que veut véhiculer l’aïkido.
Chaque année, un grand stage placé sous réunit à BRAS toutes celles et ceux qui manifestent un appétit inextinguible devant les promesses du lendemain.

AIKIDO ET SANTE


L’Aïkido est un art de vivre, même s’il appartient aux arts de combats. Vous apprendrez d’abord à respirer et à vous concentrer sur la situation présente. Dans nos vies à cent à l’heure, il faut savoir se garder des activités qui vous permettent de vous retrouver, de vous ressourcer, de mettre de coté les préoccupations diverses pour être disponible et vivre avec les autres. L’Aïkido vous apprend à approfondir votre respiration, mais un art de défense. En apprenant à vous contrôler, à utiliser cette énergie, vous vous équilibrez et prenez confiance en vous.

L’Aïkido utilise des situations d’agression pour travailler l’harmonie et la protection de soi et de l’autre. Apprendre à conduire les actions négatives qui existent en ce monde, les actions agressives vers le vide, de façon à ne pas se faire mal ni blesser son adversaire. Faire que cet adversaire devienne peu à peu votre partenaire pour mieux travailler sur votre ego et votre souplesse c’est un programme de l’Aïkido.

L’entraînement passe par des phases très physiques. Si c’est une activité qui paraît très souvent très virile, elle peut également convenir à de plus faibles car c’est une école du respect et de la nature.

L’Aïkido va vous amener à développer la puissance du ventre, une certaine souplesse et mobilité des hanches et de la colonne vertébrale et des épaules. Par une attitude juste de la colonne vertébrale, le corps va se redresser et malgré les années vous paraîtrez toujours aussi droit et souple. Lorsque l’on pratique bien régulièrement, les muscles et les articulations restent souples et de vieilles douleurs disparaissent car vous rééquilibrez votre corps en travaillant sans force mais avec votre KI (énergie).

Cette énergie vous apprendrez à la ressentir, la placer dans votre ventre puis à la conduire par votre corps et dans les armes que vous utiliserez lors de la pratique. Avec des entraînements réguliers un beau jour tout change !

Travailler sur des situations d’agression, c’est travailler sur le mental, particulièrement avec des armes. Il faut abandonner la peur qui paralyse et accepter sans opposition une force hostile qui arrive sur vous. C’est pourquoi l’Aïkido va changer votre façon d’être par rapport aux autres, vous donnera plus d’assurance et de stabilité émotionnelle. L’Aïkido s’adresse maintenant également aux enfants, dès qu’ils sont suffisamment matures (environ sept ans). Les cours enfants ont pris leur essor rapidement, contrairement à d’autres arts martiaux il n’y a ni gagnant, ni perdant, pas de compétition si ce n’est avec soi-même. Les enfants gagnent par contre en vigilance, en assurance…

Dans beaucoup d’activités sportives, vous ne pouvez les pratiquer que quelques années et puis vous êtes vite sur la touche.

L’Aïkido c’est une évolution de toute une vie, à vous de trouver votre professeur ! Vous pouvez le pratiquer toute votre vie, en ayant toujours le sentiment de pouvoir encore et encore progresser, tout en restant naturel, sans hypertrophie musculaire.

Vous sentirez votre squelette de plus en plus solide. Ayant appris à chuter, vous éviterez sans doute plus tard maintes fractures. Ceci convient, effectivement bien, à ceux qui aiment toujours et toujours étudier, se remettre en question qu’ils soient homme, femme, qu’ils aient de 7 à 97 ans.

Corine MASSON
Médecin & Cadre technique national 6ème Dan